ETRE CHEF D’ETAT EN RCA

Télécel ne fonctionne pas, on accuse Touadéra, Moov est en difficulté, c’est Touadéra, Azur ne marche pas, c’est Touadéra. Il n’y a pas de connexion à Ecobank, c’est Touadéra. Tous les dysfonctionnements, c’est Touadéra. Etre Chef d’Etat, c’est être responsable de tous les maux de la planète ? Les téléphonies mobiles sont des entreprises privées dont les prestations auprès des consommateurs renforcent leur crédibilité ou à l’inverse, les discréditent. C’est le cas ces derniers temps de Azur-Centrafrique, Moov-Centrafrique et Télécel-Centrafrique. Les réseaux tant nationaux qu’internationaux sont exécrables. Quelque fois, le mobile sonne, mais pour décrocher, il refuse d’obéir à son propriétaire. D’où sort encore un tel désagrément ? Les téléphonies n’arrivent pas à satisfaire les consommateurs dans leurs attentes. Un Chef d’Etat n’a rien à voir avec le fonctionnement des entreprises privées.
Ecobank, en terme de connexion, est une maladie de tous les jours. C’est malheureux, désolant, frustrant, mais hélas il faut faire avec. La qualité du service public fait cruellement défaut, à telle enseigne que la clientèle ne sait à quel saint se vouer. Est-ce un problème de réseaux ? Est-ce de l’incompétence informatique au sein de la banque ? Une chose est sûre, faire des opérations à Ecobank, c’est perdre une journée entière, de 08 heures à 20 heures du soir. De toutes les banques de la place, Ecobank est la dernière en termes de qualité des services et des prestations. A BSIC, BPMC, CBCA, c’est environ une minute, sinon moins par client. Peu importe le nombre de clients, ils sont évacués en un temps record. A Ecobank, pour un seul client, il faut 40 minutes à une heure de temps, voire plus. C’est un véritable cauchemar que vit la clientèle à Ecobank. Et pourtant, dans tous les guichets des quatre banques, il n’y a que de jolies et mignonnes charmantes dames, douces, agréables à admirer. De véritables fleurs de rose dans les guichets, mais à Ecobank, la qualité des services brise ces beautés angéliques. Que vient faire Touadéra dans la prestation des banques ?
Un Chef d’Etat est comme un baobab où tous les oiseaux viennent se reposer et à l’ombre duquel les hommes, fuyant la chaleur caniculaire, viennent eux aussi se reposer. Il encaisse tout, il supporte tout, il endosse tout, il entend tout. Il est la référence nationale pour la population, en bien comme en mal. Les chefs d’entreprises privées ou publiques vivent le même calvaire. Les travailleurs font porter au chef, au DG ou PDG tous les maux de l’entreprise. Le plus important est d’être ouvert, prompt à écouter, réceptif, encaissant les valses des travailleurs, leurs coups de colère tout autant que leur joie, quand les choses sont en rose. Ainsi va la vie des Chefs à divers niveaux, notamment les chefs d’Etat. La population, soit accable, soit jette des fleurs selon les circonstances.
Julien BELA Centrafrique matin
Vous pouvez laisser une réponse, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

Ce site est réaliser sous WordPress par JAEL