LA DICTATURE, DEBY L’EXPORTE EN RCA AU MEPRIS DU DROIT PAR L’AMNISTIE : LA MINUSCA NE FAIT PAS LE POIDS FACE A LA MAIN NOIRE DU TCHAD DERRIERE LES GRANDS CRIMINELS

Le Tchad a trainé Hissène Habré en justice. C’est désormais chose faite. Habré est condamné. D’où vient l’ingérence du Tchad qui veut faire obstruction à la primauté du droit ? La RCA est un ilot de démocratie en Afrique centrale. La démocratie affirme la suprématie du droit et « nul n’est au-dessus de la loi ». Au Tchad, Idriss Déby Itno décide selon son bon vouloir. Le peuple, la société civile, l’opposition politique sont terrorisés, muselés, réduits au silence, sinon, c’est la disparition ou la prison. Le Tchad a un pouvoir totalitaire et absolu. Par contre en Centrafrique, c’est un pouvoir légitime, démocratiquement élu, et toutes les institutions de la République sont opérationnelles. La liberté d’expression, de presse, les contradictions y vont bon train. En âme et conscience, le peuple centrafricain s’est exprimé à travers les Consultations Populaires à la Base. Le Forum National de Bangui a gravé sur du marbre, la conviction profonde du peuple centrafricain ou la justice. C’est dans cette perspective que la Cour Pénale Spéciale a été inventée et matérialisée, aujourd’hui, opérationnelle. L’histoire des crises militaro-politiques en RCA, est jalonnée d’Amnisties. Mais hélas, « chasser le naturel, il revient au galop ».

L’impunité impériale a fait le lit à la floraison des rebellions. Comme le ténia, un groupe armé se divise, se subdivise, au point de n’en point finir. Au finish, nous en sommes à quatorze (14) groupes armés sur l’ensemble du territoire. Pour des cas de vol, la population ne doit pas réagir pour ses biens extorqués. Ce sont des représailles aveugles et sauvages, car tuer n’est qu’un jeu d’enfants. Des êtres humains sont mutilés, mis en pièces détachées, comme des carcasses de singe. Alors qu’’aucune revendication crédible, aucun objectif à atteindre ne figurent à l’agenda des groupes armés.

Le Tchad et son président, ayant des ambitions de super puissance, servent de caution d’impunité à ces excréments de l’enfer. Le Tchad n’étant présent à Bruxelles, après l’Accord de Sant’ Egidio, Deby est résolu à obtenir l’amnistie pour ses poulains. Touadéra et son peuple veulent la justice. De quelle force disposent-ils pour faire appliquer le droit ? Faut-il céder à l’amnistie ? Deby est parfaitement conscient des limites de la Minusca qu’il néglige d’ailleurs. Deby, si nos souvenirs sont bons, avait déjà chassé les Casques Bleus de son territoire, il y a quelques années seulement.

Pourtant, dans le camp de la justice, il y a de très gros bras : les Etats-Unis, l’Union Européenne, la France et les pays véritablement démocratiques de la planète. Deby seul contre tous, le paradoxe est ahurissant. La démocratie centrafricaine acquise par le peuple au prix d’énormes sacrifices sous les crépitements des balles, n’a pas apporté au peuple centrafricain le bonus attendu, c’est-à-dire la paix. Ceux qui ont mis beaucoup d’argent dans les élections, s’érigent en spectateurs, pendant que Idriss Deby Itno et les groupes armés jouent leur partition allégrement. La rencontre du G20 vient de s’acheminer en Allemagne. Selon les participants, l’« Afrique doit se développer pour freiner le phénomène envahissant de la migration … ». La crise en RCA, la plus destructrice de l’histoire du pays, dure depuis cinq (5) ans.

Comment les Centrafricains qui ne demandent pas tant, peuvent vivre chez eux et reconstruire leur pays ? Le G20 a ses représentants en RCA. Et pourtant, les Centrafricains ne demandent que la paix et  rien que la paix. Pourquoi le G20 laisse pourrir une paix qui a brillamment réussi son processus électoral et a réuni toutes les conditions pour redonner la dignité au peuple centrafricain ? Plusieurs missions du FMI et de la Banque Mondiale ont donné un avis favorable sur la gouvernance. Malheureusement, la ligne de la paix ne bouge pas. De quelle Afrique parle le G20 ? La RCA est-elle victime de ses richesses ? Les intérêts des grandes puissances priment-ils sur la démocratie et les Droits de l’Homme ? Où est Human Rigths Watch ? Suffit-il seulement de faire un rapport et d’exiger la justice ? La justice est là, la CPS, mais c’est un lion qui n’a ni dents, ni griffes, alors, que faire ? Idriss Deby demeurera-t-il toujours un cancer qui se répand jusqu’en RCA ?

Le G20 en miniature à Bangui, est représenté par le G8, depuis les élections à ce jour. Et pourtant, les violences ne faiblissent pas. Aujourd’hui, deux (2) camps bien tranchés s’affrontent. Le peuple centrafricain et la CPS face aux partisans de l’amnistie. C’est un match à guichet fermé et sans arbitres, ni officiels et les nerfs s’échauffent. L’ambassade de France avait entretenu les députés de la nation sur la Cour Pénale Spéciale (CPS), les magistrats qui y siègent, ont été également présentés. Qui ira arrêter les malfrats ? C’est la question fondamentale qui demeure. Ce sont les grands criminels qui narguent le gouvernement sur les réseaux sociaux : « la paix par l’amnistie ou la guerre », selon Abdoulaye Hissène. Ils ont la certitude d’obtenir l’amnistie puisque le gros bras du Tchad est derrière eux.

La société civile centrafricaine doit se lever, ainsi que les associations des victimes pour dire non au diktat de Deby. La RCA veut la paix, mais pas la paix dans l’humiliation comme le souhaite Deby. La CPS doit définitivement couper le cordon ombilical des rebellions en Centrafrique. Le temps des rebellions est définitivement révolu et les Centrafricains veulent tourner la page pour toujours.  Le despotisme au Tchad doit rester au Tchad. La RCA est une jeune démocratie qui veut améliorer les conditions de vie de son peuple, mort à moitié et qui crie, la paix, la paix, la paix par pitié.

  Julien BELA  Sources: Centrafrique Matin    

Vous pouvez laisser une réponse, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

Ce site est réaliser sous WordPress par JAEL