RCA : DESTITUTION ! QUEL CRIME TOUADERA A-T-IL COMMIS ?

Dans sa parution du 12 mars dernier, le journal en ligne Corbeau News titrait et annonçait en sa « une » la PROBABLE DESTITUTION du président TOUADERA ! Rien que ça !
Cet article décousu aurait pu prêter à rire, n’eût été la situation (encore) sensible et fragile du pays.
Mais quel(s) crime(s) a donc commis Faustin TOUADERA pour qu’une procédure de destitution puisse être envisagée ?
La Constitution de notre Pays stipule en son article 23 que : « La fonction de Président de la République est incompatible avec l’exercice de toute autre fonction politique, de tout autre mandat électif, de toute activité lucrative. Durant son mandat, le Président de la République ne peut par lui-même, ni par autrui, acheter ou prendre en bail un bien qui appartienne au domaine de l’Etat, sans autorisation préalable de l’Assemblée plénière de la Cour de Cassation dans les conditions fixées par la loi. Il ne peut prendre part ni par lui-même, ni par autrui, au marché public ou privé pour les administrations ou institutions relevant de l’Etat ou soumises à leur contrôle. En cas de violation des dispositions du présent article, le Président de la République peut être destitué selon la procédure prévue à l’article 100 ».
L’article 100, quant à lui, préconise que : « Toute personne qui s’estime lésée peut saisir la Cour Constitutionnelle sur la constitutionnalité des lois, soit directement, soit par la procédure de l’exception d’inconstitutionnalité invoquée devant une juridiction dans une affaire qui la concerne. La Cour Constitutionnelle est tenue de statuer dans un délai d’un mois. En cas d’urgence, ce délai est ramené à huit (08) jours. Lorsqu’une exception d’inconstitutionnalité est soulevée par un justiciable devant une juridiction, quelle qu’elle soit, celle-ci est tenue de surseoir à statuer et de saisir la Cour Constitutionnelle qui doit se prononcer sur la constitutionnalité du texte en litige dans le délai d’un mois qui court à compter de sa saisine par la juridiction concernée ».
Le Président TOUADERA a-t-il enfreint la loi ? A-t-il eu un comportement ou un manquement à ses devoirs incompatible avec la dignité de sa fonction présidentielle ?
Le Président TOUADERA a-t-il volontairement bloqué le fonctionnement des pouvoirs publics ? A-t-il refusé de signer des textes de loi votés par les « Honorables » ou a-t-il bloqué la Constitution ?
Le Président TOUADERA a-t-il commis un crime ou tenu des propos publics inacceptables pour un président ?
L’article de Corbeau News ne répond à aucune de ces questions. Ensuite, même si la Constitution de notre Pays prévoit bien en son article 23 la destitution du Chef de l’Etat dans certains cas, elle n’indique nulle part la procédure de cette destitution.
En somme, pour moi, simple citoyen, et pour des milliers d’autres Centrafricains, une DESTITUTION DU PRÉSIDENT TOUADERA EST CONSTITUTIONNELLEMENT IMPOSSIBLE !
Chibazo OKOYE, le 16 mars 2017, Montpellier !

Vous pouvez laisser une réponse, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

Ce site est réaliser sous WordPress par JAEL