PRIVE DE PAROLE,L’ANCIEN PREMIER MINISTRE ANICET GEORGES DOLOGUELE SERA ABSENT A LA CLOTURE DU FORUM

Pas plus tard qu’hier dans la matinée, le président de l’URCA et ancien premier ministre Anicet Georges Dologuélé, défendait bec et oncle le maintien jusqu’aux élections des autorités impopulaires de la transition centrafricaine’ sur les ondes de RFI.

Alors qu’il avait préféré laisser parler les victimes des conflits armés et les nombreux délégués qui sont généralement privés de parole pour ne s’exprimer qu’à la dernière plénière,le candidat à la présidentielle Anicet Georges Dologuélé a été sévèrement censuré par l’équipe du présidium.

Selon nos informations ce dernier s’est inscrit en même temps que plusieurs personnalités du régime et leurs alliés. Ces dernières qui font déjà partie de l’équipe organisatrice du Forum, ont toutes bénéficié d’un temps de parole. C’est notamment le cas des ministres Déthoua et Yarafa ainsi que du président de la société civile M. Gervais Lakosso.

Ce scénario s’est même produit hier dans la matinée au cours de la plénière de la sous commission paix avec les interventions ciblées de Mme Montaigne, présidente de la commission communication, de M. Édouard Ngaïssiona, coordonnateur des Anti Balaka, de M. Mokom, alors que les centrafricains s’attendaient à découvrir de nouveaux orateurs.

Il faut le rappeler M. Anicet Georges Dologuélé qui est un adepte de la non violence, a toujours tenu des propos mesurés en vers les autorités de la transition, ce qui nous pousse à nous interroger sur les raisons de cette censure.

Après le refus du médiateur Sassou qui était pourtant présent à l’ouverture du forum de Bangui et de tous les chefs d’Etat de la CEMAC qui ont boycotté ces assises dites de la dernière chance, M. Anicet Georges Dologuélé une figure de la politique centrafricaine rentre dans la danse des frondeurs.

Le professeur Gaston Mandata Nguerekata a également pris ses jambes à son cou en repartant aux USA il y a deux jours. Le candidat à la présidentielle est au pays de l’oncle Sam pour rencontrer des partenaires a précisé son entourage.

Isolées, les autorités qui ont tout même réussi à briser quelques sujets tabous comme l’exploitation du pétrole à travers cette grand messe, doivent revoir leur carte et arrêter la politique de l’exclusion qui est la source des malheurs centrafricains.

Maurice Wilfried  SEBIRO

Vous pouvez laisser une réponse, ou un rétrolien depuis votre propre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

Ce site est réaliser sous WordPress par JAEL